Regards croisés sur les femmes en politique

Conférence de Simone De Montmollin, Sopie Dubuis et Céline Zuber-Roy

Modéré par Myret Zaki, rédactrice en chef de Bilan, la question de cette conférence du 1 mai organisée par les Jeunes Libéraux Radicaux de Genève était de connaître les enjeux de l’engagement politique d’une femme. 

La première question portait sur le pourquoi on s’engage en politique.

Pour Sophie Dubuis , l’engagement est lié à sa fonction de directrice, en 2015 on lui propose de se présenter pour les nationales mais à cause du travail elle doit refuser l’invitation, présidente des Genevoise PLR ( qui est la plus grande association politique féminine du canton) elle incarne les femmes au sein du PLR. Son engagement est hyperactif, dans tous les domaines et avec conviction, elle est présente dans différents conseils d’administration et son rôle de femme dans ces milieu est  parfois difficile : « les hommes ne se coupent pas la parole mais une femme doit répéter plusieurs fois ce qu’elle veut dire ».

Pour Simone De Montmollin, l’engagement ne s’est pas fait lorsqu’elle était « jeune » mais plus tard lors de la constituante, elle pouvait apporter son avis sur des thématiques qui n’avaient pas encore la côte il y a 10 ans comme par exemple l’aménagement du territoire. L’implication en politique c’est vouloir s’engager en tant que citoyen, mais c’est aussi prendre des décisions pour soi-même et pour sa famille. Elle en est à sa deuxième législature au Grand Conseil.

Pour Céline Zuber-Roy, c’est aussi lors de la constituante qu’elle s’est lancé en politique. Étudiante en droit à l’époque, elle se lance sous la liste des indépendants libéraux et est élue. Puis 10 ans après forte de son expérience elle mène ces combats politique tous les jours. Ce qui la motive c’est l’envie de participer, l’envie de faire valoir ses compétences. 

Puis vient la question de la représentation féminine au Grand Conseil, qui est plus faible à droite qu’à gauche. Comment expliquer cela ?

Première piste, les partis de gauche fonctionne en parité sur les listes électorales contrairement à la droite qui choisit ses candidats parmi les meilleurs et il est vrai qu’il y a moins de femmes engagées à droite. Peut-être parce qu’une femme qui veut s’investir en politique ira plus facilement vers un parti de gauche. 

Ensuite la question sur la loi sur l’égalité, est-ce parce que les hommes sont majoritaire que c’est difficile à faire passer. Pour nos trois intervenantes la réponse est non, il s’agit plutôt d’une question de transparence que la Suisse (pays du secret bancaire) n’est pas prête à assumer. Les salaires sont privés et ne sont pas communiqué à qui veut l’entendre. On ne parle pas de ça dans notre pays. Le genre ne devrait pas être un critère. 

Selon une étude de l’office fédéral des statistiques il y a 8% de différence salariale non expliquée, dans le publique ça correspond à 150 chf entre homme et femme. 

Question au cœur du débat : que peut apporter une femme qu’un homme ne peut pas ?

Tout d’abord, le fait d’être une femme ne signifie pas que l’on représente toutes les femmes, comme le dit Céline Zuber-Roy « je me sens mieux représenté par un homme de droite que par une femme de gauche ».

Ce qu’une femme apporte c’est sa sensibilité, son expérience ou encore son réseau.

La présence de femme modifie les rapports entre les hommes.

Et questions harcèlement (en plein boom me too). Aucune des intervenante de ce soir on été prise à partie parce qu’elle étaient des femmes et comme le dit Simone de Montmollin « c’est le jeu, ça me passe au-dessus ».

Pour Sophie Dubuis on est insulté pas parce qu’on est une femme mais parce qu’on est en politique, les hommes vivent les mêmes représailles.

Pour finir ce qui est important c’est que les jeunes issus de l’immigration intègrent les codes de la société Suisse, et le travail de l’égalité est global. Instruction pour tous voilà la clef de l’égalité.

Le 14 juin aura lieu la « grève des femmes » les avis sont partagés quant à cet évènement. Il y a une récupération politique de la cause de la femme (c’est parce que les élections approchent). Mais sachez néanmoins que les femmes PLR vont soutenir cette grève et proposer des sujets de réflexion.

La fin de la discussion ouvrent les questions du public.

Qu’est-ce que c’est d’être féministe par exemple ?

Je ne prendrais pas le risque de définir le féminisme dans cet article car je pense que cette sensibilité est propre à chaque individus.

C’est sur ces mots que je finis cet article et je vous souhaite tout de bon pour la suite.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close